top of page

Trouver sa Place ou la Vivre ?



L’univers est une coexistence du temps et de l’espace mais la pensée humaine ne peut concevoir en 5 D alors elle a dissocié les deux. Nous avons le temps sans qu’il soit lié à l’espace.


Le temps se relie à nos repères extérieur. Nous le ressentons de manière différente en fonction de nos activités. Il peut nous sembler long (une journée interminable en classe) ou très court (un rendez vous amoureux). Il est donc relié à l'énergie que nous mettons dans l'instant présent.


Tout cela, vous le vivez donc parlons plutôt de l'espace.


Tout ce qui concerne l’espace se relie au concret, à la terre. C’est-à-dire là où nous vivons, notre environnement. Là où nous prenons appui ; là où sont nos certitudes et notre sécurité. En résumé, là où est notre place.


Pour la plupart, nous avons tendance à penser qu’il faut lutter pour se « faire une place au soleil » ou qu'il "faut mériter" sa place.


En effet, que ce soit dans la vie privée – au sein de sa famille ou dans diverses relations personnelles - ou dans le domaine professionnel ou social, nous consacrons beaucoup de temps à tenter de résoudre ces questions : comment trouver ma place ? Pourquoi est-ce que je ne me sens pas à ma place ?



Nous avons tellement besoin d’être reconnus, validés, aimés…


Comme il est difficile de rester soi-même, d’être au plus près de sa vérité, avec ce genre de préoccupations !

En effet, par peur de ne pas être assez aimé, compris, validé – ou par peur de perdre un proche, un pouvoir, un privilège – nous jouons des rôles, nous créons des personnages correspondant à nos yeux aux situations qui nous posent problème.

Or, en nous mettant à la place que les autres attendent que nous occupions -ou du moins, le croyons-nous-, nous ne pouvons pas être véritablement à « notre place », celle de notre vérité profonde.


Vous est il arrivé, par exemple, d’entrer dans une salle – de réunions, de conférences- où toutes les places sont prises ou encore de constater en arrivant à un rendez vous que vous avez été zappé ?

Si oui, et puisque tous ces événements sont reliés, c'est qu'à ce moment là vous n'étiez pas dans votre vérité. Si vous n'avez pas de place, c'est que vous n'êtes pas à votre place dans cet endroit... C'est ce que dit votre intériorité.


Il en est de même pour les places de stationnement. Pourquoi parfois il suffit de conscientiser que vous avez une place et la voilà qui se libère et parfois impossible, vous tournez en vain.... Mais plutôt que de vous demander pourquoi ça ne fonctionne pas ; demandez vous si vous avez envie d'être là ? S'il n'y a pas une partie de vous qui n'a pas envie d'arriver, de se stationner.


Parlons encore plus concrètement avec un exemple : L’abandon !


Abandonnée à l’âge de deux mois sur le parvis d’une église, Léopoldine a été adoptée par une famille. Par la suite, dans ses relations affectives, elle a été souvent abandonnée alors qu’elle cherchait désespérément à tout faire pour ne pas l’être. Intérieurement elle a un mal-être récurrent, et un sentiment permanent d’inutilité : elle ne trouve jamais sa place.


En effet, une des grandes souffrances des personnes qui ont vécu cette expérience de l’abandon, se traduit par des questionnements de type pourquoi moi ? je n'ai pas de valeur !

Elles vivent dans la peur permanente de l’abandon comme si leur place dépendait des autres : ceux qui les accueillent ou pas.


Avoir été abandonné traduit inconsciemment une demande à se faire adopter.

Et la personne va le vivre de manière littérale. Elle va chercher à se faire accepter, choisir, adopter....Mais replaçons nous dans son début d'incarnation :

Elle choisit sa famille, elle sait déjà ce qu'elle va vivre. Et ce qu'elle doit dépasser. En fait, ce qu'elle doit lire c'est "invitation à s’abandonner à ce que la vie lui propose".

Léopoldine n'a pas été abandonnée, elle a été confiée à la vie. Et son challenge est de se laisser porter par la vie, dans la certitude qu’il ne lui manque rien pour son accomplissement car c'est ce qu'elle est venue expérimenter.


Une telle prise de conscience change notre énergie. Notre vibration.


Notre place n'est pas quelque chose à l’extérieur de nous.

Notre place n’est pas une attitude, ni poste professionnel, ni une relation affective, ou toutes choses qui nous entretiennent dans l’illusion d’être au bon endroit : d’être à notre place.

En réalité, trouver sa place, c’est être en mouvement et en évolution, dans la fluidité des trois plans de conscience qui sont se situer, expérimenter et vivre la réalité qui nous est proposée.


Chaque fois que nous entretenons l’idée que notre place est un lieu extérieur à nous, nous sommes dans la souffrance car nous attendons de la prendre ou qu'on nous la donne.

Une place ne se « prend » pas, elle se vit car notre place est ce que nous sommes.


Pour conclure


Je dirai que la vie nous invite en permanence à découvrir que notre place n’est pas un lieu mais une expérimentation et qu’il s’agit de vivre sans attente d'un résultat, sans obligation, sans compromis avec notre vérité intérieure.


Comments


bottom of page